Nicolas SARKOZY cherche une opposition irresponsable et discréditée

Publié le par Alexis MONJAUZE


Notre président veut tout. Et vite. Il l'a dit  :  toutes les réformes à la fois et tout de suite.

Il veut être le chef d'un gouvernement plus grand que sa seule famille UMP. Il veut aussi être le chef de ses opposants. Il veut que sa majorité soit énorme à l'assemblée et il veut aussi que le peu d'opposition lui soit acquis. Il veut être le président de tous, le chef de file de tous, le guide de tous y compris des sceptiques, des prudents, des opposants, des libres-penseurs...

Nicolas SARKOZY redoute-t-il que nous soyons des gens libres? Des observateurs autonomes? Des citoyens lucides? Que gagnerait la grandeur nationale ou l'efficaité démocratique à lui remettre non pas la majorité, mais l'hyper-majorité? A le doter des autres pouvoirs en plus de ceux de la majorité? Que voudra-t-il encore de plus demain? Nous accordera-t-il une once de liberté s'il peut s'en emparer?
Notre président est un glouton. Si nous lui donnons trop, il s'étouffera. Et la France avec lui.

Déjà, on observe son refus d'un parlement pluraliste : lui, le grand démocrate, président de tous les français, déploie des trésors d'énergie et de coups bas pour que notre assemblée n'ait pas de centre, pas de nouvelle composante. Il ne peut y en avoir trois. Deux suffisent , et il a décidé que le second serait le PS. Avis, Mesdames et Messieurs du MODEM!


Nicolas SARKOZY craint les nuances, les gens ouverts et modérés, ceux qui savent ou veulent réfléchir. Il lui faut une opposition parlementaire bien nette, si possible caricaturale, voire archaïque. Qu'elle vote NON à chacun de ces prpjets, qu'elle s'emporte face à ses projets de lois, qu'elle s'offusque de ses méthodes, voilà tout ce qu'il attend, voilà tout ce qu'il demande. ET c'est bien pour cela qu'il préfèrera le parti socialiste, irremplaçable dans ce rôle comme il nous l'a montré depuis 5 ans. Et surtout, pas de troisème force qui viendrait dans l'hémicycle apporter de la nuance ou agir et voter de manière responsable. C'est llui qui a le monopole de la responsabilité, des devoirs, de l'autorité.

Si Nicolas SARKOZY voulait la grandeur de la France, l'efficacité du parlement, s'il était véritablement l'homme de l'ouverture, il favoriserait l'émergence de cette troisème composante qui représente 7 millions de français et 19% des voix. Mais il envoie au contraire ses plus récents et plus oportunistes alliés créer un parti fantôche pour contrer grossièrement la naissance du MODEM.

Si je suis d'avis qu'il faut une majorité à l'assemblée, si je sui d'avis que la cohabitation est contre nature, je ne souhaite pas pour autant une opposition risible, discréditée ou qui doute d'elle même. Une assemblée avec une UMP écrasante et face à elle ce parti socialiste devenu si triste, si pauvre et si conservateur, c'est vraiment ce qu'il nous propose.
Moi je n'en veux pas.

Alexis MONJAUZE

Publié dans Elections 2007

Commenter cet article