Ils nous font trois fois cocus... et attendent notre "solidarité"

Publié le par CAP 21 Auvergne

Facile de faire la grève quand on est payés. Combien seraient les cheminots et autres chauffeurs si c'était leur argent qu'ils perdaient?

Facile de bloquer les autres quand ceux-ci ne peuvent en faire autant en retour. Imaginez les VVF fermés au moment où les cheminots s'y rendent en vacances : pas sûr qu'il soit solidaire le cégétiste en congés payés.

Faciles de dire "on comprend les usagers qui ne sont pas contents" et puis une fois qu'on l'a dit on s'est déjà à moitié pardonné pour la gène causée. L'autre moitié, c'est juste un peu de mauvaise conscience à oublier.

Facile de rejetter sur le gouvernement la faute alors qu'on est soi-même dans une position de Tout-Ou-Rien. Comment peut-on être syndicaliste et intransigeant?

Facile de refuser le constat du déficit des retraites quand on demande à l'Etat, c'est à dire aux autres, de venir combler le trou de son petit régime spécial à soi.

Mais encore après tout ça, quels prétextes leur conscience trouve-t-elle pour justifier que des tas d'anonymes aux conditions plus modestes que le leur vont perdre des journées de boulot, non payées celles-ci? Que certains se retrouvent avec leurs enfants sur les bras pendant des jours ouvrés? Qu'après avoir perdu du temps et du boulot, la facture de la grève sera mécaniquement reporté sur l'usager à travers le prix du billet? Que les coûts indirects, sans doute les plus importants (
pertes d'activité des entreprises, annulation de commandes, retards de livraison, reporte de délais...) ne seront pas comptabilisés?

Ce syndicalisme français est écoeurant.

Question de génération peut-être. Il est temps que la vieille garde, devenue arrière garde, accepte la relève. Que de plus jeunes, plus constructifs et moins irresponsables prennent les rennes. Que la base accepte les décisions des dirigeants qu'elle s'est choisie, même si ces décisions ne la satisfont pas à 100%. A 75% c'est déjà bien.

Il est grand temps de repenser le syndicalisme à travers les valeurs de solidarité et de responsabilité. Notre démocratie en a un grand besoin.

Alors aux plus jeunes, non syndiqués, j'ai envie de dire : on a tant besoin de vous!

Alexis Monjauze

Publié dans Billet

Commenter cet article

sjrodier 23/12/2007 21:45

Si je peux comprendre l'agacement, je suis étonné de trouver une telle désinformation sur ce blog.Où avez vous pêché que les jours de grêve sont payés ? Voilà une rumeur bien répandue mais totalement inexacte. Ce qui peut être vrai c'est seulement l'étalement des retenues sur salaire sur plusieurs mois en aucun ca le paiement des jours de grêve. On est dans le domaine du fantasme !!!Enfin si les syndicats ont du mal à se moderniser c'est peut-être aussi parce que bien des salariés préfèrent se comporter en consommateur, refusant de s'engager et donc de changer les choses de l'intérieur.On ne peut pas vouloirt out et son contraire. En conclusion, de la même manière que vous adhérez à un parti politique pour changer la France, syndiquez-vous pour changer le monde du travail.Simon RODIERhttp://simonrodier.unblog.fr

Noël 25/11/2007 21:34

Sans vouloir polémiquer d'une quelconque façon, il défendent néanmoins leurs acquis. Il est vrai que leur grêve génére les perturbations que nous connaissons contrairement à la majorité des autres salariés qui n'ont que quelques rues à bloquer le temps de leur manifestations pour revendiquer leur droit.Ceci étant écrit il est vrai qu'un partage à 37,5 ans de cotisation pour tout les salariés seraient, à mon avis, plus équitable.

vincent15 25/11/2007 17:43

ils ne sont pas malinss'ils veulent de la solidarité des usagers, ils devraient faire une grève des controles et laisser les trains gratuits, ils feraient pression beaucoup plus efficacement, auraient une meilleure image dans les médias, etc.

Vincent 20/11/2007 16:39

Voilà un titre bien inhabituel sur ce blog! Sur le fonds je vous rejoins, il y aurait bcp à dire sur nos syndicats... agents conservateurs et rétrogrades... mais ont-ils le choix? Et si oui, comment pourraient-ils changer leurs habitudes, aujorud'hui si peu soucieuses des conséquences pour les autres qu'elles paraissent complètement inadaptées?S'adapter serait bien la preuve d'intelligence que nous attendons de leur part.Vincent T

bruno landriot 20/11/2007 10:06

bonne analysebruno