Procès BAUMAUX / KOKOPELLI : malgré les beaux discours du GRENELLE, l'état ne prend pas la défense de la BIODIVERSITE

Publié le par CAP 21 Auvergne



L'association KOKOPELLI vient d'être condamnée à :

       - 12.000 € pour le grainetier Baumaux

       - 23.000 € pour l’état et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF).




L’Association Kokopelli avait été assignée à comparaître auprès du Tribunal de Grande Instance de Nancy par la société Graines Baumaux (au capital de 1 000 000 Euros) au titre d’un préjudice commercial, pour avoir fourni à des jardiniers des graines d’ "anciennes variétés potagères [qui] ne sont plus proposées à la vente car la demande par la clientèle professionnelle ou amateur est inexistant" (sic)

 

" 75% des variétés comestibles cultivées il y a cent ans ont disparu.Les fruits et les légumes modernes ont été sélectionnés pour leur apparence, leur durée de conservation et leur forme - il faut qu’ils supportent vaillamment la mécanisation de la récolte, le transport, le stockage, et les milliers de mains de consommateurs qui vont les palper et souvent les remettre sur les étals avant de se décider pour un kilo de tomate, de courgettes ou de poires... pourtant, les variétés anciennes sont adaptées à leur terroir et poussent sans engrais, sans traitement chimique."
Nathalie Fontrel, chronique Environnemen, FRANCE INFO
 http://www.radiofrance.fr/chaines/f...

 

"En France, celui qui conserve des ressources phytogénétiques n’a pas le droit de les multiplier et d’en commercialiser la semence en vue d’une utilisation pour l’agriculture et l’alimentation. Ou bien on conserve, ou bien on produit ; la loi semencière interdit de faire les deux à la fois. Résultat : plus personne ne s’intéresse à une activité qui coûte et ne rapporte rien. Or les paysans ne peuvent produire que s’ils vendent leur récolte. Quant aux semenciers, ils préfèrent déléguer la conservation de la biodiversité à l’Etat qui l’enferme dans des frigos ou des banques de gènes où elle dégénère par manque de crédits. Seuls quelques paysans et associations d’amateurs s’épuisent à sauvegarder les variétés anciennes malgré les contraintes réglementaires inadaptées aux réalités du vivant."
 http://www.semencespaysannes.org/in...

 

L’Association Kokopelli a été créée, durant le printemps 1999, pour reprendre le flambeau de Terre de Semences qui oeuvrait, depuis 1994, à la protection de la biodiversité et à la production et distribution de semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique. Elle a pour finalité : de remettre en valeur, dans les pays Européens, une collection planétaire d’anciennes variétés pour les potagers et jardins, et de la rendre de nouveau accessible aux jardiniers... A ce jour, ce sont 2000 variétés ou espèces qui sont distribuées par l’association, dont 550 variétés de tomates, 300 variétés de piments doux et forts, 130 variétés de laitues, 150 variétés de courges, 50 variétés d’aubergines, etc. d’oeuvrer dans le Tiers-Monde à la mise en valeur de techniques d’agriculture durable par le don de semences traditionnelles ainsi qu’à la mise en place de réseaux paysans de production de semences et de centres de ressources génétiques.

 

Infos complémentaires :
http://www.kokopelli.asso.fr/index.html

Une pétition a été mise en ligne pour soutenir la démarche de KOKOPELLI

Une cyber-action est également lancé pour secourrir KOKOPELLI


 

Commenter cet article

sbundy 12/04/2010 01:11



Merci pour ces informations, habitant de Nancyje ne manquerai pas de faire connaitre l'attitude scandaleuse de ce grainetier



bisane 01/02/2008 22:38

Difficile de commenter, sinon qu'il sera difficile de lutter contre les lobbyings...Tenté de rassembler quelques articles ici : Kokopelli condamnée: la biodiversité en danger ?