Aimer la FRANCE comme Ingrid BETANCOURT

Publié le par Alexis MONJAUZE


Une retraite en forêt le week-end dernier, et me voilà au calme, un vieux PARIS MATCH sous la main. Celui de décembre 2007. Il publiait la lettre d’Ingrid BETANCOURT aux siens.
Une lettre manuscrite, en Espagnol. Une lettre fleuve, chargée de profondes peines. Le courage et l’humilité imprègnent le récit de sa détention, de ses pensées qui la portent chaque jour vers sa famille, de son rendez-vous matinal avec sa mère via le poste de radio. Ce que vit Ingrid BETANCOURT est sans doute inimaginable. Sa dignité face aux humiliations est exemplaire. Comment ne pas voir l’immense résistance de cette femme ? Quelle profonde admiration je ressents pour son humanité !

 A la fin de sa lettre, il y a un chapitre assez bref mais poignant. Elle explique combien l’action et le soutien de la FRANCE l’ont aidée. Combien est douce sa lumière dans les ténèbres de sa prison, désaltérante sa présence dans « le désert de la jungle ».
Sans chauvinisme et sans honte, Ingrid BETANCOURT dit combien le souvenir de son pays procure de chaleur à son âme meurtrie. Son amour de la FRANCE est vrai, entier. Il ne triche pas.

Devant tant de simplicité, je ne peux m’empécher de nous trouver bien ingrats, nous, les bien-portants de métropole. Pourquoi faut-il que cet amour du pays soit chez nous si souvent suspecté ou instrumentalisé ? Aimer son pays, sentir le « bercail » est pourtant si agréable quand on revient d’un long séjour à l’étranger !

Nous ne supectons pas l’amour pour sa ville ou sa région, alors pourquoi toujours voir le mal aux français qui aiment la FRANCE? Il est bon que les candidats aux municipales aiment leur ville. Comment être maire sans aimer sa ville ou son village, les gens qui y habitent. Il ne viendrait à l’idée de personne de considérer cela comme du chauvinisme ou du pétinisme…

Mais à l’échelon national, nous ne nous aimons plus. Nous ne savons plus ETRE BIEN ensemble. Notre air du temps, c’est une FRANCE qui ne s’aime pas… un air très éloigné de la FRANCE de la MOME, de la FRANCE telle que les étrangers la voient.

Aimer la FRANCE comme Ingrid BETANCOURT, c’est si beau. Si apaisant.



Une manifestation de soutien aura lieu demain au PUY EN VELAY à 17h devant la mairie


Publié dans Billet

Commenter cet article