Semaine du développement durable ? AL GORE, président!

Publié le par CAP 21 Auvergne

Le climat change, les espèces dipsaraissent, l’Antarctique se disloque, l’eau potable et l’air propres manquent, même en Europe, les colonies d’abeilles s’effondrent esquissant un monde sans fleurs et sans fruits… et que fait-on ?
«
La semaine du développement durable ». Avec ça c'est sûr, on tape dans le mil. Voilà une semaine qui redonne espoir… et rassurera aussi les immobilistes de tout poil : dès la semaine prochaine, ils pourront reprendre tranquilles leurs petites affaires ecologiquement ineptes.

C’est fou ce qu’on peut parfois être dérisoires, nous, les humains. Souvent, je ne nous comprends pas. Quelle est cette force qui nous empèche de changer de route malgré l’évidence de l’impasse dans laquelle nous  nous engouffrons? Quelle autre espèce poursuivrait sans broncher un chemin qui la conduirait à disparaître ? Qu’est-ce qui ne va pas chez nous pour qu’on se pame pendant la semaine du développement durable alors qu’on déconne tout le reste de l’année ?…
C’est un mystère.

vous pouvez retrouver les dessins de P. CHAPPATTE tous les jours dans LE TEMPS, quotidien suisse.


Dans le Journal du Dimanche d’hier, une lueur d’espoir est venue des Etats Unis. Les démocrates Hillary CLINTON et Barak OBAMA s’entretuent si bien qu’ils vont faire ré-élire les copains de Bush. Les tenants d’Hillary préfèreront voter pour un républicain plutôt qu’élire OBAMA. Et inversement. Ainsi, quel que soit celui ou celle qui obtiendra l’investiture démocrate, c’est le républicain John MAC CAIN qui l’emporterait. Et là, je ne vous dis pas la cata pour la planète.
On a été sympas une fois. On a bien voulu attendre 8 ans que Bush enterre toutes les initiatives pour une gouvernance écologique mondiale. On n’attendra plus.

Les démocrates américains non plus. Plutôt que de perdre encore une fois les présidentielles, ils sont en train de se demander s’il ne serait pas plus intéressant de proposer la candidature de leur prix Nobel de la paix 2007 (avec les scientifiques du GIEC). Oui, ils envisagent de remettre AL GORE en selle…
Avec AL GORE à la tête des Etats Unis, alors là, y’aura de l’espoir… ; et des actes ! AL GORE laissera peut-être une semaine du développement pas durable, pour les nostalgiques. Et le reste de l’année, il fera l’inverse.
Nous ne votons pas en Amérique, mais franchement, c’est ce qui pourrait nous arriver de mieux à nous Européens : ALGORE, Président !

(NB : c’est quand même dingue d’être encore obligés d’attendre des Etats Unis ce que notre Europe pourrait faire s’il elle avait une existence politique…)



Publié dans Billet

Commenter cet article