OBAMA - AL GORE le ticket de rêve?

Publié le par CAP 21 Auvergne

Maintenant que les primaires démocrates ont choisi Barack OBAMA pour briguer la présidence des Etats Unis d'Amérique face à John Mac CAIN, on entend qu'Hillary négocie pour obtenir la place de n°2, c'est à dire la vice-présidence.
Je suis prêt à parier qu'OBAMA n'en fera rien.  Ce jeune homme de 40 ans a voyagé, il a habité en Europe, est ouvert au monde... Par exemple, il s'est opposé dès le début à la guerre d'Irak qu'il qualifie d'idiote et inutile... autant de qualités absentes chez les présidents américains depuis Kennedy en 1963...

L'élection d'OBAMA apporterait du sang neuf, un regard sur le monde, notamment sur la question d'une gouvernance environnementale globale. Je ne peux m'empécher d'imaginer un duo avec AL GORE ; il ferait un suppléant de premier choix dans cette démarche. Prix nobel de la paix et vice-président des Etats-Unis, il serait capable de dédoubler OBAMA pour accélérer la transition mondiale vers l'efficacité écologique.

 
  


Le jusqu'auboutisme pétrolier des Etats-Unis leur coûte aujourd'hui très cher. Pertes d'activités, d'emplois et de richesses. Et grâce ou à cause de l'envolée du prix du baril, ils sont en train de comprendre l'hérésie de leur mode de vie et l'impasse économique dans laquelle ils se sont engouffrés si profondément.
Un signe révélateur et encourageant est le repositionnement complet de GENERAL MOTORS (voir
l'article de FRANCE 24 international à ce sujet). La firme est en train de mettre le paquet sur les petites voitures écologiques, abandonnant les gros 4x4 dont les ventes se sont effondrées de 75% cette année! Les Etats-Unis vont sans doute sortir rapidement de l'ère du pétrole

Si Genaral Motors est rejoint par un OBAMA lui-même flanqué d'AL GORE, la vitesse des changements dans le monde risquent d'accélérer encore. Et les américains pourraient retrouver une forme de leadership et d'autorité qu'ils qu'ils avaient perdus en jouant égoïstement leur carte au détriment de la planète... L'exemple de cette politique a été leur refus d'entrer dans le protocole de Kyoto.

Mais quand les américains seront convertis à l'économie écologique, malheur à ceux qui seront restés au pétrole, gaz et autres fioul...

Publié dans Billet

Commenter cet article