Modem et CAP21 : association rapprochée

Publié le par CAP 21 Auvergne



Si vous avez lu, et bien lu, internet ou la presse depuis dimanche, vous savez que notre congrès vient d’adopter une résolution proposée par le bureau national : CAP21 devient un "parti associé" du Mouvement Démocrate. Qu’est ce que cela veut dire ?
Je vais vous l’expliquer tel que je le comprends, sachant qu’ il y a de la place pour plusieurs interpétations et qu’il faudra observer comment cela fonctionne dans les mois qui viennent.

D’abord, ça signifie que :
- la ligne politique est la même ("durabiliste" plutôt que centriste?!)
- les candidats CAP21 sont des candidats Mouvement Démocrate
- les adhérents CAP21 sont adhérents du Mouvement Démocrate

La réciproque n’est pas vraie, puisque ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières et non l’inverse. Nous venons nous joindre au Modem, ce n’est pas lui qui vient se joindre à nous.

CAP21 garde une existence légale : administrative, financière et programmatique. Notre présidente, nos cadres, nos délégués, nos militants peuvent débattre, organiser leurs universités d’été ou publier leurs propositions sans avoir à en référer au Mouvement Démocrate.

L’existence de CAP21 permettrait d’animer un cadre de réflexion particulier au sein du Mouvement Démocrate, sans doute plus restreint et plus détaché des instances dirigeantes officielles.


Avec ces nouvelles dispositions, nous ouvrons une nouvelle ère de la vie de notre mouvement. Notre association avec le Mouvement Démocrate est plus étroite qu'avant… Pour quel bénéfice ? Et dans quelles limites ?

Beaucoup de personnes du
Mouvement Démocrate sont génées par la liberté de notre position. Ils ont besoin de sentir que nous sommes des membres sûrs et fiables. Pourtant, les efforts et l'engagement de Corinne LEPAGE et de l’équipe dirigeante de CAP21 n'ont jamais baissé depuis le ralliement de la campagne présidentielle il y a un an. Certains membres de CAP21 trouvent qu'on en fait trop pour le Mouvement Démocrate et plus suffisament pour CAP21. Si le renoncement de CAP21 à son autonomie politique apaise ces craintes, nous aurons progressé dans la confiance que nous devons nous échanger.
Le partage des candidatures et des responsabilités pourra se faire en toute clarté sur des règles simples.

Mais il demeure des inconues.

Puisque CAP21 garde sa liberté programmatique, cela sous-tend qu’il existe un débat ou une émulation entre le pogramme du Modem et les propositions de CAP21. Est-ce bien ce qui est prévu ? Par quels moyens ces programmes vont se rencontrer, se confronter et s’enrichir ?

La communication, les communiqués de presse de CAP21, son site officiel et toutes sa blogosphère vont-ils garder leur fonctionnement actuel (décentralisé et autonome) ou faudra-t-il s’ en référer au Modem pour tout ou partie des sujets ?


Pour ma part, je comprends cette modification dans nos statuts comme un ajustement majeur : nous renonçons à notre autonomie politique pour gagner en efficacité électorale. Le maintien de notre existence programmatique peut suffire à poursuivre notre travail et devrait fortement stimuler la fabrication du projet politique du Mouvement Démocrate... Car pour le moment, le Modem est bien loin d'avoir imprégné sa pensée et son projet de l'économie verte ou du développement durable. Il suffit d'écouter ses édiles, de lire les sites, communiqués et blogs oranges pour comprendre le chemin qu'il reste à faire et la part que nous pouvons prendre dans la construction d'une offre nouvelle...
Si nous voulons que le Mouvement Démocrate devienne un grand parti, il faut que nous lui apportions cette conscience, que nous soyons, avec d'autres, son
Jiminy Criquet,  ou encore cet "aiguilllon" écologique dont parle Corinne LEPAGE.


Alexis Monjauze, délégué de CAP21 Auvergne et membre du Mouvement Démocrate

Publié dans Mouvement Démocrate

Commenter cet article