Le crac de 2008 vu par Olivier PASTRE

Publié le par CAP 21 Auvergne


Hier soir, sur CAPITAL, enfin quelqu'un qui parle posément et clairement de la crise financière mondiale en cours.
Au journaliste qu lui demande " Un sondage indique que pour 86% des français, ce sont les banques, les gouvernements ou les grands patrons qui ont provoqué cette crise. Selon vous sont-ils responsables de cette crise? Y'en a-t-il d'autres?..." il répond "il n'y a pas un responsable unique. Le propre de cette crise, c'est que nous en sommes tous responsables, nous l'avons tous provoquée : les autorités de contrôle qui ont laissé faire, les marchés boursiers qui fonctionnent dans l'opacité, les épargnants retraités qui ont misé sur les gains de court terme, les fonds spéculatifs, les banquiers qui ont trop prété sans prudence, les emprunteurs qui ont souscrit au-delà de leur solvabilité etc... Si l'on veut résoudre cette crise, il faut justement cesser de chercher UN coupable et travailler sur l'ensemble du système."


Olivier Pastré était l'invité de
 CAPITAL sur M6 dimanche 5 octobre 2008.




Ce gars s'appelle Olivier Pastré, il est économiste et banquier. On peut lire sa biographie sur Wikipedia. Il a écrit un bouquin il y a six mois, dans lequel il décrivait à peu près ce qui se passe aujourd'hui.

Pour lui, la crise a démarré il y a un an et demi avec les subprimes aux Etats Unis. Il considère comme "une incroyable bêtise" que les gouvernements aient attendu aussi longtemps avant de faire intervenir les Etats-Nations sur les marchés.
Dans ce crac en coure, le plan PAULSON est la première bonne réaction après 18 mois de passivité. Mais il le relativise aussi : ce sont 700 milliards de dollars, injectés dans le marché des dérivés de crédits qui lui, pèse 500.000 milliards de dollars! Le plan PAULSON représente donc 0,14% de ce marché.

Il conclue "la confiance est comme le liquide amniotique de la finance"...

Vu qu'aujourd'hui les banques ne se prètent plus entre elles, on est encore loin de voir la finance nager dans le bonheur. Et si cette crise est bien systémique, comme nous le pensons à CAP21, la sortie de crise ne peut se faire qu'en changeant nos modèles, qu'en inventant un nouveau système financier mondial...

La question serait donc : combien de temps faudra-t-il aux Etats-Nations pour s'entendre sur un nouveau système financier mondial?


Publié dans Planète Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article