Le contournement du Puy : faire-valoir pour les uns et embarras pour les autres…

Publié le par CAP 21 Auvergne

Ce contournement est-il est nécessaire ?  

 

Il permettrait aux poids lourds en transit de ne plus traverser la ville, oui. C’est à peu près tout. Car sinon le contournement du Puy ne soulagera pas ou très peu les flux quotidiens des travailleurs dans l’agglomération comme l’ont montré toutes les enquêtes de circulation depuis 10 ans.

Récemment, nous sommes entrés dans une nouvelle période de l’histoire des déplacements. Celle de la baisse du trafic routier. La manne de la TIPP a baissé de plus de 150 millions en 2008. Entre 2004 et 2007, les comptages routiers effectués par le conseil général de Haute-Loire ont enregistré 1% de baisse de trafic. Cette baisse s’accélère depuis 2008, notamment en raison de la hausse du prix du pétrole.

L’avenir est au métissage des mobilités : le ré-équilibrage entre les différents modes de transports a déjà commencé. Il se fait aux dépends de la voiture individuelle et au profit de la marche, du vélo, du covoiturage, des transports en communs et du train. Investir sur la route, c’est le choix du passé, de l’ignorance et du gaspillage. Rappelons que les 150 millions d'Euros prévus pour cet aménagement permettraient de rénover 150 kilomètres de voies ferrées… ou encore de rénover 15 théâtres comme celui du Puy !

CAP21 Auvergne propose que soit mis en place un vrai projet de gestion des déplacements (de type PDU) de façon à développer et faciliter toutes les alternatives à l’automobile individuelle. En complément, il est incontournable d’impliquer la région Auvergne dans l’amélioration du réseau et de la desserte ferroviaire qui sont de sa compétence.


La « diagonale du fou »…


Le contournement du Puy s’inscrit dans un projet bien plus vaste : il s’agit, en réalité, de créer un axe européen qui reliera Séville à Cracovie en passant par Toulouse et Lyon pour faciliter les échanges avec les pays d’Europe du Nord. Les poids lourds en seront les premiers bénéficiaires et principaux usagers.

Le maire PS de Saint-Etienne, Maurice VINCENT, et le Président UMP du Conseil Général de la Loire, Bernard BONNE, se sont d’ailleurs récemment prononcés favorables aux maillons rhônalpins de cet axe (A45, COL ou COSE)

Pour la droite comme pour la gauche, l’objectif est un hypothétique développement économique basé sur le refus de prendre en compte les nuisances environnementales induites par ces milliers de camions en transit.

Où est passée la charte proposant de faire de la RN88 « un itinéraire expérimental du développement durable » signée début 2007 par Dominique PERBEN, alors ministre des transports ?

Où sont passés les 100 millions que Laurent WAUQUIEZ a prétendu avoir obtenu du ministre Jean Louis BORLOO il y a un an ?

Comment se fait-il que la communauté d’agglomération et la région financent ce contournement alors que les routes ne sont pas de leur domaine de compétence ? Devront-elles augmenter leurs impôts ? 

 

Et notre avenir dans tout ça ?…


Nous déplorons qu’à l’occasion du montage financier du contournement du Puy, les élus de droite pas plus que les élus de gauche ne sortent grandis par leur vision du développement et de l’aménagement de notre territoire.

Seuls les partisans d’une vision écologique ont cherché à construire une approche du contournement tournée vers l’avenir : il est nécessaire de penser en même temps le développement économique et la gestion des nuisances, le gain de temps et les économies d’énergie.

CAP21 a proposé en 2007 « [d’]instaurer un moratoire sur la construction des autoroutes et [de] transférer les sommes prévues sur le développement massif des transports collectifs, du ferroutage et du fluvial ».

Localement, CAP21 propose des aménagements pour la mise en oeuvre du PDU sur l'agglomération du Puy en Velay. Et ceci en consultant la population locale.


Alexis Monjauze, pour la délégation Haute Loire et avec CAP21 Auvergne

Publié dans Cap21 Haute-Loire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article