l'Association Française des Biotechnologies Végétales (AFVB, lobby OGM) condamnée pour diffamation

Publié le par CAP 21 Auvergne

 

Gilles-Eric Séralini a attaqué pour diffamation l’Association française des biotechnologies végétales suite aux déclarations de son président qui a déclaré en janvier 2010 après une émission télévisée que le chercheur était un « activiste, un marchand de peur » qui avait un « parti-pris » anti-OGM et surtout « qu’il se présentait indépendant alors que ses études étaient financées par Greenpeace ».

Cap21, de nombreuses associations, la fondation Sciences citoyennes mais également plus de 1000 scientifiques ont soutenu Gilles-Eric Séralin lors de son procès en novembre 2010.

Cap21 considère que la condamnation de l’AFBV, qui effectue un fort lobbying en faveur des OGM, est un symbole fort qui va renforcer le droit des lanceurs d’alerte qui doivent jouer un rôle important dans une civilisation où les technologies et les intérêts financiers oublient souvent les principes de précautions élémentaires.

Les récents scandales sur le médiator par exemple démontrent qu'il est indispensable d'écouter plus attentivement les lanceurs d'alerte et de mettre en place des organes de contrôle indépendants financés sur des fonds publics.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article