Le premier tour des élections est passé, le couperet est tombé.

Publié le par CAP 21 Auvergne


En Auvergne, Cap 21 n’était présent dans aucune liste.
Cap 21 a donné son avis et avait donné sa préférence pour Europe Ecologie. Pour faire court, le Modem Auvergne n’avait pas été suffisamment à l’écoute de ce que voulait aussi représenter Cap 21.
Les scores des deux ont été décevants, l’un certes, beaucoup plus que l’autre. Ma déception est surtout dans le fait que cet épisode permet de constater une déperdition d’énergies et de projets pour une réelle alternance dans la gestion des territoires mais surtout des missions pour les citoyens qui y vivent.
J’ai pu être très critique sur le Modem. Europe Ecologie n’est pas non plus en reste. Il n’a pas été possible au mouvement que représente Cap 21, de figurer en son nom sur les listes EE.
EE se présente comme de gauche, quelle est alors la priorité ? Être de gauche ou vouloir changer les comportements, et donc les siens aussi ? EE = PS Ecologique ? Un problème surgit alors, chacun des deux a sa propre écurie d’écologistes revendiqués.
Chacun peut développer des projets sur des territoires. Sont-ils les mêmes ? Sont-ils concurrents ? Ces deux mouvements touchent-ils, peuvent-ils toucher les mêmes bassins d’électeurs ? N’oublions pas avant d’aller plus loin, les nombreuses autres organisations écologistes MEI, AEI, Génération Écologie…
Dans l’immédiat, il est vraisemblable que les deux tendances sont rivales. Mais si l’on observe les électorats qui ont pu être tenté à un moment ou un autre de voter pour ces deux partis (j’enlève les têtes de listes, trop identifiables et aussi trop réductibles), on peut se demander si ces deux rives d’une même rivière n’ont pas vocation à se compléter.
Ces dernières semaines des signes ont montré une droite classique qui court après son électorat rural. Un centre Modem qui suinte de signes pour un ultime changement de pilotage. Europe Ecologie, qui dans les pas du Modem, interroge quant à savoir si ce mouvement ne marche pas dans les pas des expériences du Modem.
La boussole est bien par là. Aurons-nous la force de converger et de dépasser les points qui nous séparent pour s’appuyer sur les points qui rassembleraient des concitoyens en mal de représentation. La volonté est dans le changement, mais lequel ? Si chacun appuie sa vision du changement que sur ses désirs personnels, comment alors construire une alternative pour tous ?
Ou alors, cela serait confié à d’autres représentations politiques plus grosses que sont les deux parties majoritaires, UMP et PS ; comptons sur eux pour arbitrer les priorités ! S’il y a eu beaucoup de critiques à l’encontre du Modem reconnaissons lui son intransigeance à aller ailleurs qu’au centre, indépendant, cela ne fait pas un programme certes. Mais avant de bâtir il est toujours intéressant de savoir sur quel terrain bâtir son projet.
Je ne retiens que cela pour le moment, c’est un point de départ et non une fin. Attendons et vérifions que EE soit vraiment dans les prétentions annoncées pour envisager un front plus large.
Cap 21 est vraiment en capacité de se prêter de dépasser ses  « quant à soi », qu’en est-il des autres ?

Olivier Môme
Cap21 Auvergne

Publié dans Billet

Commenter cet article

Mome 18/03/2010 09:11



À l’inverse de ce que vous écrivez - Magali Gothon devrait le confirmer -dans le projet de liste "Fanget", Cap 21 n'y était pas envisagé
dans les têtes de listes; si figurer sur une place non éligible est la même chose pour vous.


Toute une stratégie de communication a été menée pour contourner un problème plutôt que de le régler par le dialogue: "écolo démocrate". Un
logo plutôt qu'un projet?


 (Il est curieux que nous ayons pu discuter facilement avec M. Héno lorsqu'il est venu à notre rencontre, et que M. Fanget n'a toujours
pas décroché son téléphone depuis décembre 2009 me semble-t-il).


Bref passons au futur, dans le texte que je laisse, je m'interroge sur un rassemblement capable de peser sur les décisions pour l'avenir de
nos concitoyens, je parle de réflexions que nous pourrions mener sur une base commune. Il s'agit ici de donner du fond plutôt que la forme d'un candidat. 



Loïc Masson 18/03/2010 00:21


C'est bien facile de se présenter en donneur de leçons quand on n'est pas allé au contact des gens, et que l'on ne s'est pas soumis à leur votes. Je rappelle qu'une place honnête vous avait été
proposé sur les liste du modem, que vous avez dédaignée. Nous n'avons pas su faire passer notre message, mais si vous avez de bonne idées il est toujours temps de nous rejoindre, a moins que vous
ne préfériez suivre les traces de votre chef de file. Il vous sera alors difficile de nous faire une proposition pour rassembler dans cette 3 ème voie que nous cherchons tous. La balle est dans
votre camp, mais faite vite...
Loïc Masson.