Train et vélo : Nicolas SARKOZY proposerait deux mesures phares aux membres du GRENELLE -re-poisson d'avril!-

Publié le par CAP 21 Auvergne


Les membres du Grenelle ont exprimé la semaine dernière dans Le Monde et ce week-end dans le Journal du Dimanche leurs inquiétudes. Pour eux, la démarche du Grenelle de l'Environnement est en train de s'enliser dans une dangereuse édulcoration, ce qui est de mauvaise augure au moment où les 268 mesures doivent passer devant l'assemblée nationale et le sénat. Le passage de l'examen parlementaire risque de transformer la révolution écologique en réformette homéopathique... Connaissant les prédispositions des élus UMP pour l'environnement, le contraire nous aurait surpris...

Est-ce pour sauver le Grenelle ou pour soigner sa cote dans les sondages, toujours est-il que la cellule de l'Elysée pourrait proposer deux nouvelles mesures aux acteurs du Grenelle. Deux mesures phares et emblématiques, sensées relancer la machine toussotante...

D'abord, il s'agirait de créer un billet de train annualisé sur le réseau SNCF. Muni de ce billet, plus besoin de payer par internet ou de faire la queue au guichet. Vous arrivez à la gare et vous montez directement dans le train. Cette offre, qui existe déjà en Allemagne ou en Autriche, vise à inciter et banaliser l'usage du train. Il vise aussi à soigner le pouvoir d'achat, puisqu'avec un prix situé entre 900 et 1000 euros par an et par personne, aucun autre moyen de transport mécanisé ne peut rivaliser. A terme, un pass' sur plusieurs pays d'Europe pourrait voir le jour, utile pour lesfrontalier notamment.

Deuxième mesure phare de l'Elysée, donner la possibilité aux villes de réduire de 30% les taxes d'habitation pour les usagers de deux roues sans moteurs dans les déplacements quotidiens. Ceux et celles qui préfèreront les vélos,
vélocab, trotinettes, triporteurs et autres draisiennes pourraient voir leur contribution à un air plus sain remerciée... tandis que ceux qui se rendront en auto à leur travail devront compenser le manque à gagner.
Plusieurs difficultés planent sur cette mesure : comment vérifier le mode de déplacement quotidien des français? Les impôts pourraient être mise à contribution, puisque sur la déclaration, nous indiquons les déductions kilométriques. L'autre écueil concerne la distance parcourue en auto. Ceux qui font 40 km doivent-ils payer autant que ceux qui n'en font que 5 ou 10? Sur ce point, c'est l'intercommunalité ou le département qui pourraient statuer...

L'ensemble de ces deux mesuures pourraient d'ici 2012 faire baisser nos émissions nationales de gaz à effet de serre de 10 à 15% et permettre une réduction de la sépense publique de 2,5 milliards d'euros grâce aux moindres dépenses sur les routes. Nous serions ainsi en phase avec les objectifs européens (12% de réduction en 2010) et en position de force sur le plan international. Enfin, les gains en qualité d'air devraient se traduire par une réduction des bronchites, asthmes et allergies... autant de bienfaits pour le trou de la sécu.

Deux mesures à suivre de près...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexis Monjauze 07/04/2008 11:06

Un poisson passé inaperçu... un poisson fantôme!